Une lettre peut parfois changer une vie. C’est le principe fondateur d’Écrire pour les droits, la campagne mondiale de rédaction de lettres d’Amnesty International et l’action la plus suivie à l’échelle planétaire en matière de droits humains.

Dans le monde entier, la liberté est menacée. Des femmes qui défendent les droits humains sont enfermées uniquement pour avoir exprimé leur opinion. Des manifestantes et manifestants pacifiques sont torturés et injustement incarcérés. Des personnes qui tiennent tête à des entreprises et à leur gouvernement pour avoir le droit de rester sur leurs propres terres sont la cible de harcèlement et de manoeuvres d’intimidation.

Cette année, nous mettons à l’honneur quelques femmes parmi les millions qui s’opposent à l’injustice… et en paient lourdement les conséquences. Vos lettres, messages et actions peuvent réellement changer leur vie.

Signez, sauvez une vie!

HARCELÉE PARCE QU’ELLE REVENDIQUE UNE VIE MEILLEURE

Nawal Benaissa défend les habitants de sa région, dont la plupart se sentent oubliés par le gouvernement. Elle participe à des manifestations pacifiques et milite sur les réseaux sociaux. Mais elle est harcelée par les autorités marocaines, qui l’ont condamnée à 10 mois de prison avec sursis pour «incitation à commettre une infraction».

Nawal souhaite simplement être libre de se battre pour une vie meilleure. Dites au Maroc de cesser de harceler Nawal dès aujourd’hui !

EMPRISONNÉE POUR AVOIR DÉNONCÉ LA PEINE DE MORT

Comme tant d’autres, Atena Daemi rêve que la peine de mort soit abolie en Iran. Elle a écrit des publications sur Facebook, Twitter et Instagram, distribué des tracts et participé à des manifestations pacifiques. Contre toute logique, ces actions toutes simples ont été retenues à titre de « preuves » pour la condamner à sept ans de prison. Son procès n’a duré que 15 minutes et elle a été victime de violences et de traitements dégradants en prison. Il ne s’agit là que d’un nouvel exemple cruel de la façon dont l’Iran réduit au silence le militantisme pacifique.

Dites à l’Iran : Atena Daemi doit être libérée dès aujourd’hui !

ASSASSINÉE POUR AVOIR DÉFENDU DES MINORITÉS

Marielle Franco s’est courageusement battue pour plus de justice à Rio de Janeiro. Elle a défendu les femmes, les personnes LGBTI et les jeunes noirs et elle a dénoncé les exécutions illégales commises par la police. Mais elle a été réduite au silence, abattue dans sa voiture. Ce type d’affaire n’est pas rare au Brésil, où au moins 70 défenseurs des droits humains ont été tués en 2017. Celles et ceux qui se battent pour les droits humains vivent constamment dans la peur.

Exigez dès aujourd’hui que justice soit faite pour Marielle!

HARCELÉE CAR ELLE DÉFEND SES TERRES ANCESTRALES

Nonhle Mbuthuma mène la lutte au nom de sa communauté contre une compagnie minière qui cherche à exploiter du titane sur leurs terres ancestrales. Elle fait malheureusement l’objet de manœuvres d’intimidation et de menaces, et a même survécu à une tentative d’assassinat. Quelqu’un essaye de la réduire au silence, mais elle ne cédera pas : «Si vous prenez mes terres, vous prenez mon identité.»

Dites à l’Afrique du Sud de protéger Nonhle immédiatement !

Ces 4 femmes défenseures des droits humains sont en danger pour avoir défendu des minorités, dénoncé la peine de mort ou exprimé leurs opinions. Elles ont toutes besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour elles!

ÉCRIVEZ UNE LETTRE, SIGNES UNE PÉTITION, ENVOYER UN TWEET

Quelle que soit la forme de votre engagement dans la campagne Écrire pour les droits, vos messages peuvent protéger des hommes et des femmes contre la violence, dans le monde entier. 

COMMENT ÇA MARCHE?

Des personnes dans plus de 200 pays et territoires écrivent des millions de lettres, courriels, tweets et pétitions en faveur de personnes victimes de torture, privées de refuge ou encore emprisonnées pour s’être exprimées et font pression sur des gouvernements, des dirigeant·e·s et des décideurs/décideuses aidant ainsi à changer les choses: des militant·e·s sont libérés, des tortionnaires condamnés, des lois injustes modifiées.

POURQUOI DEVONS-NOUS AGIR?

Dans de nombreux pays, les libertés – liberté de dénoncer l’injustice, de vivre sur la terre de ses ancêtres, de ne pas faire l’objet de discrimination – sont menacées. Nos lettres, messages et actions vont faire pression sur les autorités afin de les pousser à agir immédiatement, pour que ceux qui maltraitent et torturent soient traduits en justice. Et ceux qui sont injustement détenus goûteront à nouveau à la liberté.

A QUI ECRIVONS-NOUS ?

Chaque année, nous demandons à nos sympathisants d’écrire deux lettres. L’une est destinée à la personne disposant de l’autorité nécessaire pour aider à faire bouger les choses (roi, président, chef de la police, etc.), et l’autre à la ou aux personne(s) pour qui nous nous battons, afin qu’elles sachent que nous ne les oublierons jamais.

EST -CE QUE ÇA MARCHE ?

Oui! Chaque année, de véritables changements surviennent grâce à vos lettres et à vos actions. Des personnes injustement emprisonnées sont libérées. Des tortionnaires sont traduits en justice. Des détenus sont traités plus humainement.